Un film sur l’indépendance du Sénégal en avant-première au festival de Cannes

Le film « Valdiodio N’Diaye, un procès pour l’Histoire » de la réalisatrice Amina N’Diaye Leclerc sera à l’honneur au prestigieux festival de Cannes en France, ce 9 juillet. Une occasion de mettre en lumière la lutte de Valdiodio N’diaye pour l’obtention de l’indépendance du Sénégal.

« Valdiodio N’Diaye, un procès pour l’Histoire », le film inédit de la réalisatrice Amina N’Diaye Leclerc sera projeté en avant-première, ce 9 juillet au festival du Cinéma de Cannes, en France. Ce film, qui revient sur la lutte de Valdiodio N’diaye pour l’obtention de l’indépendance du Sénégal, sera mis à l’honneur aux côtés d’autres films en vue de faire connaitre son histoire à la face du monde.

En effet, « Valdiodio N’Diaye, un procès pour l’Histoire » est un film qui marque une remise en cause de la version officielle de l’histoire de l’indépendance du Sénégal. Dans ce long métrage, la réalisatrice Amina N’Diaye Leclerc interroge les sources crédibles qui racontent une autre version de l’histoire de l’indépendance de cet Etat d’Afrique de l’Ouest.

D’après leurs témoignages, Valdiodio N’Diaye, héros de l’indépendance du Sénégal a été victime d’une accusation d’un coup d’Etat. Né le 19 mars 1923 à Rufisque (banlieue dakaroise), Valdiodio N’Diaye est considéré comme le père de l’indépendance du Sénégal. Arrêté en décembre 1962 pour avoir fomenté un coup d’Etat aux côtés du président du Conseil, Mamadou Dia. Il sera libéré en avril 1974.

Dans ce film, l’ancien président de la République du Sénégal, Abdoulaye Wade et Robert Badinter, tous deux avocats au procès de 1963, ainsi que le Procureur général, Ousmane Camara racontent la mascarade de la procédure orchestrée par le président Léopold Sédar Senghor qui a éliminé́ avec la complicité́ de la France une équipe jugée trop souverainiste.