DOSSIER DE PRESENTATION

RENCONTRES CINEMATOGRAPHIQUES INTERNATIONALES DE DAKAR

EDITION 2018

DU 22 AU 28 NOVEMBRE 2018

« CINEMA ET DEVELOPPEMENT »

 

  1. FICHE TECHNIQUE DES RECIDAK 2018
 INTITULE DU PROJET : Organisation de l’édition 2018  des Rencontres Cinématographiques Internationales de Dakar (RECIDAK 2018).
LOCALISATION : Région de Dakar
 

DATES ET LIEUX :

 

Du 22 au 28 novembre 2018 :

Grand Théâtre National, Magic Land, Canal-Olympia-Téranga, Cinéma Empire, Institut Français de Dakar, Centre Culturel Fodé Doussouba de Pikine, Centre Culturel Maurice Gaye de Rufisque…

 ORGANISATEUR: Etat du Sénégal : Ministère de la Culture – Direction de la Cinématographie et mise en œuvre: Comité d’organisation.
 CONTEXTE /

JUSTIFICATION

 ET OBJET :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Rencontres Cinématographiques de Dakar (RECIDAK)ont été instituées en 1990, initiées par le Consortium de Communication Audiovisuelle en Afrique (CCA), sous la direction de Madame Annette MBAYE D’ERNEVILLE, une figure emblématique de la Communication et de la Culture.

Cette manifestation avait pour objectif principal  » la relance du cinéma sénégalais tout en participant à la promotion de l’ensemble des cinématographies africaines« .

Durant les sept années, pilotées par le CCA, les RECIDAK ont su créer une dynamique autour du cinéma, en invitant des professionnels venus des quatre coins du monde pour échanger sur des thèmes de réflexion pertinents.

Placées depuis 1997 sous la tutelle directe du Ministère en charge de la Cinématographie, les RECIDAK sont un évènement biennal d’animation, d’échanges et d’opportunités cinématographiques.

La 9ème édition tenue en 2002 a eu pour thème : « Echanges cinématographiques et intégration économique africaine ».

Depuis plus d’une décennie, il n’y a plus eu d’organisation des RECIDAK.

Aussi, les RECIDAK visent-elles à favoriser l’amitié, la coopération et la diversité culturelle notamment par :

–      la réflexion et les échanges entre les professionnels du cinéma et les décideurs africains et des autres continents ;

–      la mise en œuvre des actions de promotion, de circulation et de vente des films sénégalais, africains et étrangers à travers le monde.

Le rôle des RECIDAK est d’assurer une présence du cinéma sénégalais voire africain sur l’échiquier international, reflétant toute sa diversité.

RESUME Les RECIDAK se veulent de conserver son originalité face à d’autres festivals en s’ouvrant à toutes les cinématographies du monde, en proposant des cadres de réflexions et d’échanges spéciaux et structurants sur des thèmes en phase avec, d’une part, les politiques et stratégies de développement de secteur et, d’autre part, la richesse de la création cinématographique actuelle.

Le thème proposé pour les RECIDAK 2018 est :« Cinéma et développement ».

Durant six jours, l’édition 2018 des RECIDAK propose dans des espaces publics et salles dédiées, une sélection nationale et internationale inédite de près d’une quarantaine de films de fiction, d’animation, de documentaires de long et moyen métrages à projeter, pour tous les publics.

Egalement au programme : des panels sur le thème, des rencontres professionnelles, des ateliers en techniques cinématographiques et master -class, des expositions, une animation culturelle et artistique multiforme (ciné-musique, ciné-mode, ciné-littérature, ciné-hommages, ciné-média), des soirées hommage et de distinctions …

 OBJECTIF GENERAL :

 

Promouvoir le cinéma sénégalais et africain par le développement des échanges d’expériences professionnelles et par l’instauration d’un dialogue culturel entre les cinéastes du monde et les populations – cinéphiles.
 

 

 

 

 

ACTIVITES PREVUES :

 

 

 

 

– Conférence inaugurale sur le thème « Cinéma et développement » par M. Nour Eddine SAIL (Maroc)

– Cérémonie d’ouverture au Grand Théâtre National de Dakar : hommages à Mme Annette Mbaye Derneville, Oumou SY… ;

– Rencontre international sous forme de panels sur le thème « Cinéma et développement » ;

– Rencontres – échanges professionnels

– Projections de films suivies de discussions dans les salles de cinéma, les espaces publics de Dakar ;

– Master class, ateliers de formation avec des professionnels du cinéma et de la culture ;

– Village des RECIDAK 2018 : Spectacles vivants, musique, humour, défilé de costumes de films, stands divers…

– Cérémonie de clôture au Complexe Sembene Ousmane : remise de distinctions à de grandes figures du cinéma.

 

  1. NOTE INTRODUCTIVE

Conformément à sa vocation première qui est la tenue à Dakar d’une manifestation cinématographique à caractère international, les RECIDAK favorisent les relations de partenariats bénéfiques entre les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel aux niveaux national, africain et international. Elles produisent des retombées culturelles économiques et financières non négligeables.

Plusieurs secteurs de l’activité économique seront effectivement concernés par cette manifestation cinématographique : l’hôtellerie, la restauration, les banques, le commerce, l’artisanat, les TIC … etc.

Les RECIDAK contribuent à promouvoir et à élargir la diffusion voire le marché du film et des produits audiovisuels capitalisant à cette occasion maints effets induits : politiques, économiques et promotionnels pour l’ensemble des maillons de l’industrie cinématographique nationale.

Le contexte de relance des activités cinématographiques au Sénégal autorise bien des espoirs pour une bonne reprise de l’organisation biennale des Rencontres Cinématographiques Internationales de Dakar (RECIDAK 2018) qui favoriseront de multiples relations de partenariat entre les professionnels du cinéma, aux niveaux national, africain et international, d’une part, et produiront des retombées économiques et financières substantielles pour toute la chaîne de l’industrie cinématographique, particulièrement  la production et la coproduction,  d’autre part.

A cette occasion, la Capitale sénégalaise renouera avec les grands évènements culturels et artistiques à l’image du DAK’ART, de la FILDAK ou SIMOD. Elle permettra des rencontres entre les professionnels et des hommes de culture de différents horizons mais aussi favorisera la promotion de la « DESTINATION SENEGAL » en matière touristique et d’investissements.

En perspective, l’extension des infrastructures en salles de cinéma, la création, la production, l’exploitation et la promotion des films cinématographiques et audiovisuels dans notre pays pourront être effectivement relancées à la suite de ces Rencontres qu’il importera de pérenniser.

  • LE CONCEPT DE L’ORGANISATION DES RECIDAK 2018

Les Rencontres Cinématographiques Internationales de Dakar (RECIDAK), placées sous l’égide du Gouvernement de la République du Sénégal et organisées par le Ministère de la Culture en partenariat avec les professionnels du cinéma et de la culture, sont un cadre de réflexion structurante, d’échanges professionnels, d’animation plurielle autour du secteur cinématographique et audiovisuel.

Elles se dérouleront, pour cette édition, du 22 au 28 novembre 2018 à Dakar, principalement dans des lieux dédiés notamment les nouveaux complexes et salles de cinéma dotées de la dernière technologie de diffusion et dans la banlieue et villes comme Rufisque, Pikine-Guédiawaye.

  • L’objectif principal affiché par cette présente édition vise à promouvoir le cinéma sénégalais et africain par le développement des échanges d’expériences professionnelles et par l’instauration d’un dialogue culturel entre les cinéastes du monde et les populations – cinéphiles. Ceci passe par :
  • la diffusion et une meilleure distribution des productions cinématographiques et audiovisuelles à une échelle nationale, sous régionale et internationale ;
  • des rencontres entre les professionnels de l’industrie du cinéma, de l’audiovisuel et ceux des autres secteurs du développement économique, social et environnemental ;
  • la création de réseaux nationaux et internationaux pour la promotion du cinéma sénégalais et africain dans le monde ;
  • le développement d’un public cinéphile au Sénégal ;
  • le repositionnement du Sénégal dans l’agenda du cinéma africain et mondial ;
  • la promotion d’une génération de producteurs, réalisateurs/réalisatrices, acteurs/actrices à travers, entre autre, le partenariat et l’accompagnement du FOPICA.
  • En termes de résultats, il est attendu :
  • qu’une quarantaine de films long et moyens métrage du cinéma africain et étranger soit projetée dans des salles de cinéma et en plein air dans la région de Dakar ;
  • que les rencontres et échanges professionnels ainsi que les ateliers et master class puissent davantage renforcer en capacité les cinéastes eux-mêmes et mieux structurer la cinématographie sénégalaise;
  • que des professionnels de l’audiovisuel et un nombreux public de plus d’un millier de personnes participent aux activités, à l’animation des espaces et cadres créés à travers les RECIDAK 2018 ;
  • que la visibilité du Sénégal et de son 7ème art dans l’agenda culturel et cinématographique africain et international soit renforcée
  • et que les espaces de diffusion de films et de contenus audiovisuels qualitatifs locaux soient régulièrement promus au Sénégal et en Afrique.

Les bénéficiaires des RECIDAK 2018 sont :

  • les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel nationaux et étrangers ;
  • les publics cinéphiles locaux et internationaux ;
  • les établissements scolaires, universitaires et de formation professionnelle;
  • les ONG et les mouvements de jeunesse ;
  • les médias nationaux et étrangers ;
  • la communauté artistique et culturelle du Sénégal;
  • les associations de ressortissants des pays africains et étrangers vivant au Sénégal ;
  • les populations du Sénégal…
  • La mise en œuvre des RECIDAK 2018 engendre plusieurs impacts notamment :
  • la structuration et le développement des industries culturelles et cinématographiques au Sénégal pourvoyeuses d’emplois et de richesses ;
  • le renforcement de l’attractivité de la destination Sénégal ;
  • l’inscription à l’agenda culturel d’un événement festif contribuant à l’épanouissement des populations ;
  • la promotion de l’intégration africaine et de la diversité culturelle ;
  • l’augmentation de la rémunération en droits d’auteur des créateurs ;
  • un incitant important pour la politique publique de soutien au secteur du cinéma.