I. GENERALITES

Le Fonds de Promotion de l’Industrie Cinématographique et Audiovisuelle (FOPICA) a été institué par la loi n°2002-18 du 15 avril 2002 portant règles d’organisation des activités de production, d’exploitation et de promotion cinématographiques et audiovisuelles qui dispose en son article 9 : « Le concours financier de l’Etat au développement des activités liées à la cinématographie et à l’audiovisuel se fait par le biais d’un fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle dont les modalités d’organisation et de fonctionnement sont fixées par décret». Le décret n° 2004-736 du 21 juin 2004, complété par l’arrêté n°16352, du 30-10-2014, ainsi que le règlement intérieur fixent les modalités d’organisation et de fonctionnement du FOPICA.

Dans ce cadre, le Président de la République, Son Excellence, Monsieur Macky SALL a pris la décision de doter ce fonds d’un montant d’un milliard (1 000 000 000) de francs CFA, pour son opérationnalisation en 2014. Ainsi, les professionnels du secteur peuvent présenter des projets de film, à travers des structures de production légalement constituées et enregistrés au Registre Public de la Cinématographie et de l’Audiovisuel (RPCA) du Sénégal.

Le FOPICA est administré par un Comité de gestion paritaire, composé de représentants de l’Etat ainsi que des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel. Ce comité exerce ses prérogatives dans les limites de l’objet du Fonds et conformément à la politique cinématographique et audiovisuelle de l’Etat du Sénégal. Ce comité s’attache les services de lecteurs organisés en collèges et qui donnent un avis consultatif sur chacun des projets soumis. Dans cette perspective, le présent appel à projets est lancé, pour le compte de la gestion 2016.

II.  TERMES DE REFERENCES

Les appuis sont octroyés sous forme d’avance remboursable  sur recettes. Ils s’adressent à des entreprises de production de droit sénégalais légalement  constituées et enregistrées au registre public de la cinématographie et de l’audiovisuel. Ces entreprises doivent soumettre un projet de film à tourner majoritairement au Sénégal.

Les appuis sont sélectifs et prennent en compte les œuvres cinématographiques et audiovisuelles de tous genres (documentaires, fictions, expérimentaux, animation, web créations, vidéos art, jeux vidéo…) et durées (courts, moyens et longs métrages).

Le projet de film candidat doit répondre aux critères suivants :

  • être présenté par une entreprise de production à capital majoritairement sénégalais, garante de la bonne fin de la production;
  • être réalisé ou coréalisé par un ou des ressortissants sénégalais;
  • comporter un grand nombre d’éléments relevant du Sénégal (thème, scénario, contenu, producteurs, réalisateurs, comédiens ou cadres technico-artistiques…);
  • comporter une équipe majoritairement sénégalaise et utilisant, si possible, des moyens techniques disponiblesau Sénégal ;
  • présenter une faisabilité financière appréciable traduite dans un plan de financement sincère et crédible.
  • Justifier d’une garantie de financement d’au moins 20% du budget prévisionnel.
  • Justifier d’une garantie de distribution et/ou de diffusion au Sénégal.
  • Fournir un plan de circulation de l’œuvre produite. 

Pour la gestion 2016, les plafonds sont fixés ainsi qu’il suit :

TYPE D’APPUI

PLAFOND FIXE

– appui (s) à la production *   25 000 000 de francs CFA maximum pour les films de court métrage (fiction et        documentaire)
 75 000 000 de francs CFA maximum pour les films de long métrage (fiction et documentaire)
 30 000 000 de francs CFA maximum pour les séries (fiction et documentaire).
– appui (s) à la postproduction  20 000 000 de francs CFA maximum pour les travaux de postproduction (montage image et son, étalonnage et mixage, versionning et masterisation) des films
–       Appui (s) au développement

 

   5 000 000 de francs CFA  (réécriture, repérages, …)

 

* Compte tenu des spécificités liées à la production des films d’animation et des jeux vidéo, du grand potentiel de production de ces œuvres dont recèle le Sénégal et de la volonté de l’Etat d’encourager le développement de la  filière, les plafonds des appuis à la production ne s’appliquent pas à ces genres.

Les appuis à la production seront modulés dans la limite des plafonds fixés. Ils seront appréciés en fonction des éléments artistiques et financiers déposés et en fonction de l’implication des collectivités locales (Dans ce cadre, le tournage en région et la mise en valeur des décors naturels du Sénégal sont vivement encouragés).