Les 6 projets retenus par Sentoo 2019

Ce programme panafricain de coopération est une première.

Sentoo réunit 6 pays du Maghreb, d’Afrique centrale et de l’ouest : Burkina Faso, Mali, Maroc, Niger, Sénégal et Tunisie.

Sentoo est un programme de coopération Sud-Sud. Différents membres et collaborateurs de Sentoo étaient au 72ème festival de Cannes. Une conférence de presse a été organisée le samedi 18 mai 2019, au pavillon tunisien du festival de Cannes, en leur présence. C’est dans ce cadre Ikbal Zalila, membre du comité de sélection et consultant du projet, a annoncé les noms des candidats dont les projets ont été retenus dans la première édition Sentoo 2019. Le Pavillon tunisien occupe le stand N°105, au Village international du festival de Cannes.

Liste des projets (par pays)

1) BURKINA FASO : Djéliya (Documentaire), du réalisateur Boubacar SANGARÉ

2) MALI : Aida (Fiction), de la réalisatrice Hawa Aliou N’DIAYE

3) MAROC : Boom boom Sonata (Fiction), du réalisateur Mohamed Akram NEMMASSI

4) NIGER : Ville en mutation (Documentaire), du réalisateur Bawa KADADÉ RIBA

5) SÉNÉGAL : Mouton de Sada (Fiction), du réalisateur Pape Bouname LOPY

6) TUNISIE : L’aurore Boréale (Fiction), du réalisateur Oubeyd AYARI

Signifiant « attendre quelqu’un ou quelque chose avec espoir » en langue wolove (Sénégal), Sentoo est un projet structurant et fédérateur initié par le CNCI de Tunisie en partenariat avec ses homologues (Centres du cinéma et institutions équivalentes en matière de compétences et de missions) de 5 autres pays du Maghreb, d’Afrique centrale et de l’ouest : le Maroc (CCM), le Sénégal (FOPICA, Direction Nationale de la Cinématographie au Ministère de la Culture), le Mali (CNCM), le Burkina Faso (Direction Générale du Cinéma et de l’Audiovisuel au Ministère de la Culture) et le Niger (CNCN).

SIX BENEFICIAIRES EN 2019

Ces 6 premiers bénéficiaires annoncés à Cannes 2019 sont des auteurs africains, originaires du Maghreb, d’Afrique du centre et de l’ouest porteurs d’un projet de long-métrage fiction ou documentaire, en phase d’écriture.
Le voeu des initiateurs de Sentoo est qu’à l’avenir, ce programme bénéficie aux cinéastes de tous les pays de cette vaste région. Cependant, dans un premier temps, seuls ont pu y candidater que des porteurs de projets originaires des 6 pays qui contribueront à son financement à travers leur centre du cinéma ou une institution nationale aux compétences équivalentes en matière de soutien à la création cinématographique : la Tunisie, le Maroc, le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Une innovation panafricaine

Pour la première fois en Afrique, un programme associe l’organisation de deux résidences d’écriture, l’organisation d’un atelier de production (et de coproduction), ainsi que l’attribution de bourses d’aide au développement.

L’atelier de production et de coproduction est destiné à mettre en contact (match-making) les porteurs des projets sélectionnés avec d’autres producteurs africains. Il intègre aussi le coaching de ces producteurs, afin de leur donner les outils nécessaires pour conserver la production déléguée des projets qu’ils souhaitent accompagner. L’espoir est que cette troisième étape se prolonge par un événement de mise en réseau (networking) des binômes auteur/producteur délégué avec des décideurs internationaux dans le cadre d’une manifestation cinématographique majeure du continent.

Quant aux bourses d’aide au développement, c’est en numéraire et pour un montant minimum de 5.000 euros (environ 3,2 millions francs CFA ou 54 428 dirhams marocains ou 16 624 dinars tunisiens). La première résidence Sentoo sera organisée au Sénégal du 24 au 30 Juin 2019

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *