Des diplômes pour célébrer «l’excellence» du cinéma sénégalais

A travers la remise hier de diplômes à 5 jeunes cinéastes sénégalais, le ministère de la Culture et de la communication a voulu contribuer à la relance et au dynamisme du 7ème art au Sénégal.

Cinq jeunes cinéastes sénégalais, primés en 2019 par différents festivals à travers le monde, ont reçu hier mardi des diplômes de reconnaissance des mains du ministre de la Culture et de la communication Abdoulaye Diop, pour célébrer «l’excellence du cinéma sénégalais». «Je tiens à vous exprimer ma satisfaction à vous recevoir dans les locaux de mon département pour célébrer l’excellence du cinéma sénégalais», a déclaré M. Diop en s’adressant aux récipiendaires, rappelant que des films réalisés par des jeunes cinéastes sénégalais «ont glané, durant ces derniers mois, des consécrations significatives» à travers le monde. Il s’agit notamment du film Atlantique de Mati Diop, qui a remporté le grand Prix du 72e Festival international de Cannes (France), de Fifiri en pays cuballo de Mame Woury Thioubou, meilleur long métrage documentaire à la 35ème édition du Festival international Vues d’Afrique (Canada).
Un diplôme a été également remis à Adama Binetou Sow, lauréate du meilleur court métrage au Festival du film de femmes de Fontenay-le-Fleury (France) avec son film A nous la Tabaski et Chérif Ace Faty, lauréat du grand Prix du Festival Euroafrique de Tiznit (Maroc) pour son film Karine.
Parmi les récipiendaires, il y a aussi les réalisateurs Thomas Grant et Moussa Diop, lauréats du grand Prix de la sixième édition du Green images films festival de Tokyo (Japon) pour leur documentaire Poissons d’or, poissons africains.
Le ministre Abdoulaye Diop a renouvelé ses «vives félicitations» aux lauréats et à l’ensemble du secteur pour leur «persévérance» ayant, selon lui, permis d’engranger de nombreuses consécrations pour le cinéma sénégalais ces dernières années. «La relance et le dynamisme du cinéma sénégalais sont enclenchés pour reconquérir notre place de leader africain, comme l’ont fait les devanciers Sembène Ousmane, Djibril Diop Mambety, Safi Faye, etc.», a souligné Abdoulaye Diop. Il a réaffirmé l’engagement de l’Etat à soutenir et bien structurer l’environnement du cinéma sénégalais.
Pour le directeur de la Cinématographie, Hugues Diaz, cette cérémonie de distinction «s’inscrit dans la perspective de donner beaucoup d’engouement, de motivation à ces champions».
Il a tenu à saluer la mémoire de personnalités du cinéma qui ont récemment disparu, dont l’acteur Babacar Sadikh Ba qui a joué dans le film Madame brouette de Moussa Sène Absa et le Français Eric Névé, producteur de La pirogue de Moussa Touré et Wulu de Daouda Coulibaly.

Avec Aps

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *